CRI EXISTENTIEL

« Enfant, j’ai changé de maisons tellement souvent que je n’ai jamais eu le temps de m’enraciner. Et la violence familiale n’a pas apporté l’espace de sécurité affective d’une appartenance sociale. Conditions propices à mon obsession identitaire. Je cherche à savoir comment j’existe. Le corps est la seule forme stable qui contient mon existence. C’est pourquoi je crée. Je suis artiste pour jouer les démiurges. Mon corps est le seul territoire qui m’appartienne et auquel j’appartiens. Le seul lieu que je ne peux déserter et qui ne peut disparaitre de mon vivant. Un sac de peau qui contient tous mes biens, toutes mes empreintes, toutes mes mémoires. Une enveloppe complexe de sensations, perceptions et représentations. C’est pourquoi je crée figures matiéristes, portraits primitivistes, corps pulsionnels, autant de cris existentiels. »

Étreinte, 92x62cm, techniques mixtes sur toile.